US: Ripple pourrait délocaliser son siège social

Chris Larsen a exprimé sa frustration face aux réglementations trop strictes des États-Unis

Une main tenant un jeton XRP
Ripple et son XRP pourraient bientôt se diriger vers des pâturages plus verts

Chris Larsen, le co-fondateur et président exécutif du géant technologique Ripple Labs, a révélé que la société envisage de déplacer son siège social à l’étranger en raison de la position réglementaire trop stricte du gouvernement fédéral américain envers l’industrie des crypto-monnaies.

« Si vous voulez être dans ce secteur, vous devriez probablement aller ailleurs. Pour être honnête avec vous, nous envisageons même de déplacer notre siège social dans une juridiction beaucoup plus flexible » a-t-il déclaré.

Larsen a révélé cette nouvelle lors du Blockchain Summit à Los Angeles mardi 6 octobre. Il a souligné que presque tous les pays, à l’exception des Etats-Unis, développent des systèmes favorables pour réguler l’industrie des crypto-monnaies.

L’exécutif a également déclaré que le Royaume-Uni et Singapour sont en tête de liste des nouveaux pays envisageables pour la société actuellement basée à San Francisco aux Etats-Unis.

Ripple est y engagé dans une bataille juridique depuis mai 2018 avec des investisseurs qui affirment que la société a violé les lois étatiques et fédérales sur les valeurs mobilières avec l’ICO de leur crypto-devise, le XRP.

En août 2019, le groupe d’investisseurs a déposé une plainte modifiée, affirmant que les tokens XRP sont des titres non enregistrés selon les directives de la Securities and Exchange Commission.

La société a répondu que, bien qu’elle possède une grande quantité de XRP, le réseau utilisé pour régler toutes les transactions XRP est décentralisé. Dans une motion que la société a déposée pour rejeter la poursuite en septembre 2019, Ripple a déclaré qu’« il n’y a pas d’entreprise commune entre Ripple et les acheteurs de XRP – il n’y avait aucune promesse que Ripple aiderait à générer des profits pour les détenteurs de XRP et le Ledger XRP est décentralisé ».

Ripple a également fait valoir que l’action en justice intentée par les investisseurs est arrivée trop tard.

« Selon les allégations des plaignants, les accusés ont offert des jetons XRP au public tout au long de 2013 à 2015. En conséquence, la « période de repos » de trois ans a expiré à partir de 2016 (trois ans après les ventes citées dans l’accord de mai 2015) et en aucun cas plus tard qu’en mai 2018 (trois ans après l’accord de mai 2015 dans lequel les défendeurs ont reconnu avoir vendu des XRP au grand public) » déclare la requête.

Enfin, Ripple a conclu en disant qu’il ne vendait pas ses tokens XRP directement aux plaignants. La société a déclaré qu’en dehors de leurs propres ventes, « d’innombrables autres détenteurs de XRP » vendent la crypto-monnaie sur des crypto-bourses, ce qui rend « impossible de conclure » que les investisseurs ont acheté leurs XRP auprès de la société.

Traduit par Carolane de Palmas

FOREX.com
LonghornFX
CEX.IO
Marge de négociation
Conformité légale
jalonnement crypto-monnaie
Commencez à trader