Home > News > Whitestream : Le Nigeria recense le plus de crypto-arnaques en Afrique

Whitestream : Le Nigeria recense le plus de crypto-arnaques en Afrique

Les crypto-arnaques en Afrique rapportent des dizaines de milliers de dollars par mois et le Nigeria abrite certains de ces projets

Le Nigeria est l’un des principaux marchés de crypto-monnaies du monde. À un moment donné, il était le deuxième plus grand marché du Bitcoin derrière les États-Unis. Cependant, une étude récente de la société d’analyse blockchain Whitestream a révélé que le Nigeria est également le lieu de certaines des principales crypto-arnaques d’Afrique.

La société israélienne Whitestream, spécialisée dans l’analyse blockchain, a découvert quatre crypto-arnaques provenant de Lagos, la capitale commerciale du Nigeria.

Selon Whitestream, les crypto-arnaques ont été principalement réalisées par le biais de la plateforme de réseaux sociaux Instagram. Les comptes d’Instagram ont été conçus de manière à donner l’impression de provenir des États-Unis ou d’Europe. Cependant, des recherches approfondies sur ces comptes montrent qu’ils proviennent de Lagos.

Les arnaques sont similaires aux cyber-attaques menées dans d’autres parties du monde. Elles visent de nouveaux utilisateurs cherchant à pénétrer dans l’espace des crypto-monnaies, en leur demandant de leur envoyer directement des Bitcoins en échange de profits réguliers.

Le Nigéria est l’un des pays où le volume des transactions en crypto-monnaies est le plus important. Les habitants se sont tournés vers les crypto-monnaies en raison de la hausse de l’inflation et de la dévaluation constante de la monnaie locale, le naira.

Cependant, alors que certaines personnes utilisent les crypto-monnaies pour couvrir leur patrimoine contre la hausse de l’inflation et la dévaluation de la devise locale, les escrocs en ont profité pour cibler de nouveaux investisseurs.

La Banque centrale du Nigeria (CBN) est intervenue pour interdire les comptes en crypto-monnaies dans les banques, rendant difficile l’achat et la vente de cryptos. Cette mesure aurait pu être motivée par l’utilisation croissante des crypto-monnaies par les escrocs et la CBN voulait mettre un terme à cette situation avant qu’elle n’empire.

Les arnaqueurs attirent leurs victimes en affichant un style de vie luxueux obtenu grâce aux revenus tirés des crypto-monnaies. Ils tchattent avec les victimes et les convainquent d’envoyer des Bitcoins, que l’arnaqueur promet d’investir en leur nom pour générer des revenus massifs. Cependant, au lieu d’investir comme promis, les escrocs encaissent.

Les escrocs transfèrent généralement les crypto-monnaies sur une crypto-bourse, puis les transfèrent sur leurs comptes locaux en naira. Ils utilisent des réseaux privés virtuels (VPN) pour dissimuler leur emplacement et faire croire qu’ils viennent des États-Unis ou d’Europe. Selon Whitestream, il se pourrait que ce soit la même entité qui exécute les différentes crypto-arnaques.

Malgré les efforts de la CBN, les crypto-monnaies continuent de prospérer au Nigeria car les gens se sont tournés vers les plateformes pair-à-pair pour acheter et vendre des devises numériques. Les investisseurs doivent donc toujours être prudents lorsqu’ils traitent avec de supposés « experts en crypto-monnaies » sur les réseaux sociaux.

Tags: