Ethereum (ETH) : le plus grand des altcoins

Guide Ethereum (ETH) : historique et description

On ne présente plus l’Ethereum (ETH). Cet altcoin occupe la confortable deuxième place du classement des meilleures crypto-monnaies depuis plusieurs années. Pour certains, il s’agirait même de la seule alternative viable au Bitcoin (BTC). Comment expliquer un tel succès ?

Comment a été créé l’Ethereum ?

Lancée en 2013, l’architecture de l’Ethereum a été théorisée par Vitalik Buterin, un chercheur et programmeur spécialisé dans la blockchain. À l’origine, l’Ethereum a été créé pour résoudre les problèmes du Bitcoin, notamment l’absence de langage de script. Mais aussi pour servir de plateforme de lancement de contrats intelligents.

Au départ, l’équipe de l’ETH était plutôt réduite, avec uniquement Vitalik Buterin, Mihai Alisie, Anthony Di Iorio et Charles Hoskinson. En 2014, une organisation sans but lucratif, l’Ethereum Foundation, a été créée dans le but d’épauler le développement de l’altcoin. En juillet-août de la même année, une levée de fonds a permis de faire décoller le financement de la monnaie, grâce à des achats d’Ethers via la monnaie Bitcoin. Le réseau Ethereum a officiellement été mis en ligne le 30 juillet 2015.

Ce qui a achevé d’asseoir la réputation de l’Ethereum, c’est la création d’un rassemblement de startups spécialisées dans la blockchain, d’entreprises « Fortune 500 » et de groupes de recherches autour de l’Ethereum : l’Enterprise Ethereum Alliance (EEA). Comptant près de 400 membres, l’alliance a rassemblé des grands noms de la Tech comme ConsenSys, CME Group, Cornell University’s research group, ou le Toyota Research Institute. De grands développeurs comme Microsoft ont aussi intégré ce groupement.

Rappel : Qu’est-ce que les contrats intelligents (smart contracts) ?

C’est grâce à eux que l’ETH a pu attirer tout ce beau monde. Les contrats intelligents (« smart contracts Ethereum ») sont des lignes de code informatique programmables, qui permettent à des fonctions logicielles de se déclencher automatiquement, là où elles auraient dû être mises en place manuellement à l’origine. L’ensemble des contrats s’effectue de manière publique sur la blockchain : c’est la garantie de transparence d’Ethereum.

Signification du nom « Ethereum »

Vitalik Buterin explique que le nom « Ethereum » lui est apparu par hasard alors qu’il consultait une liste des éléments inventés en Science-Fiction : « J’ai immédiatement réalisé que j’aimais [ce nom] mieux que toutes les autres alternatives […]. Je pense que c’est parce qu’il a une belle sonorité, mais il intégrait aussi le mot « ether », qui se réfère à un médium hypothétique et invisible, qui pénètre l’univers et permet à la lumière de se déplacer. » À noter aussi, la ressemblance entre « ether » et « ethernet », un standard de transmission de données.

Ethereum : son but et son fonctionnement

Ethereum veut être un ordinateur mondial décentralisé. C’est-à-dire un ordinateur stocké en réseau, que n’importe qui peut utiliser et programmer. Cet ordinateur serait toujours allumé et bien sûr extrêmement sécurisé, avec des registres d’information publics. Ethereum permet ainsi de créer un nouveau type d’applications : les decentralized applications (dApps), liées aux contrats intelligents. Ces applications ne sont pas contrôlables par des gouvernements, des grandes entreprises ou des groupes d’influence. Il y a donc une vraie vertu philosophique à utiliser Ethereum.

Les dApps d’Ethereum fonctionnent en réseau et sont basées sur le pouvoir de calcul de plusieurs ordinateurs à travers le monde : cela veut dire que les informations ne passent pas par un organe de contrôle central. Tout comme pour le Bitcoin, les transactions effectuées sur le réseau Ethereum et sa blockchain sont vérifiées par des tiers : les mineurs. Ces mineurs sécurisent le réseau et sont récompensés en monnaie virtuelle : l’Ether (ETH).

En plus de servir de récompense et d’actif, les Ethers servent à faire fonctionner les applications décentralisées, ils sont donc indispensables pour les développeurs. Lors de la mise en ligne du réseau Ethereum, 72 millions de pièces (tokens) étaient déjà « préminées », soit 70 % de la circulation totale sur l’année 2018.

Qu’est-ce qu’une organisation autonome décentralisée ?

La DAO (Decentralized Autonomous Organization), organisation autonome décentralisée en français, est la manière novatrice dont l’Ethereum est dirigé. Il s’agit d’un logiciel de gouvernance inscrit dans la blockchain. Chaque décision est prise par un vote, puis exécutée par un smart-contract : c’est-à-dire qu’elle ne peut pas être empêchée.

Ils ont fait confiance à Ethereum

On l’a déjà évoqué, les plus grands noms de l’industrie de la Tech et de la FinTech ont répondu présents à l’appel de Vitalik Buterin. Les additions les plus récentes incluent Sterbank et ScotiaBank, ainsi que Cisco Systems et l’immense MasterCard. La vraie confiance en Ethereum s’est également acquise lorsque les plus grands noms de la programmation ont rejoint les rangs de l’EEA, notamment Samsung, Microsoft et Intel.

Pour Joseph Lubin, PDG de Consensys : « « Si vous pensez qu’Internet a affecté votre vie, Ethereum aura la même influence omniprésente sur nos communications, sur toute notre infrastructure d’information. Cela aura un impact sur tous les aspects de notre existence. »

Avis Ethereum : pourquoi investir sur le long ou court terme ?

Avis Ethereum : pour ou contre ?

On l’admet immédiatement, les arguments « pour » sont bien plus nombreux quand il s’agit d’acheter de l’Ethereum. À l’inverse d’altcoins à l’avenir incertain, l’ETH a su montrer une remarquable évolution, qui a déjoué tous les pronostics. Voici quelques bonnes raisons d’investir :

  • Un réseau novateur, qui a été le premier à intégrer les dApps
  • Une très solide équipe de développement
  • Un soutien des plus grandes entreprises de la Tech
  • Un cours qui a atteint plus de 1 400 dollars (USD) début 2018
  • La deuxième capitalisation boursière, juste derrière le Bitcoin
  • Le réseau Ethereum a démocratisé les contrats intelligents

On pourrait continuer, mais nous allons quand même évoquer quelques défauts. En premier lieu, on citera la faille de sécurité de 2016, qui a conduit au hard fork de l’Ethereum Classic (ETC). Ensuite, certains experts ont des doutes sur la scalabilité de la plateforme, c’est-à-dire sa capacité à gérer un trafic important, avec un nombre de requêtes élevé. Enfin, les amateurs d’altcoins libres critiquent la manière de faire d’Ethereum, qui séduit les institutions bancaires plutôt que de proposer une alternative à leurs systèmes.

Cryptodevises similaires

Difficile de parler d’ETH sans mentionner l’Ethereum Classic. Le hard fork de l’Ethereum a beaucoup fait parler de lui, car il utilise le même système. La seule différence est qu’il n’a pas annulé l’attaque de 2016, conservant ainsi l’inaltérabilité de sa blockchain. On pourra citer également la quatrième cryptodevise en termes de market cap : NEO (NEO). Surnommé l’« Ethereum chinois », son but est de proposer des smart contracts et des dApps. Enfin, on ne peut pas oublier Ripple (XRP), dont le but est différent, mais qui a brièvement dépassé l’Ethereum en 2018.

Comment obtenir des pièces d’ETH ?

L’Ethereum étant la deuxième crypto-monnaie du moment, la plupart des plateformes proposent des pièces d’Ether. Vous avez donc un très grand choix de brokers et exchanges Ethereum. En voici 4 parmi les principaux :

Certains de ces sites nécessitent d’avoir une adresse Ethereum (avec un portefeuille) séparée. Pour plus d’infos sur le sujet, n’hésitez pas à consulter notre guide complet : acheter de l’Ethereum.

Ethereum analyse : résumé de son prix historique

Le cours de l’Ethereum est resté très longtemps aux alentours de 10 USD après son lancement officiel en 2015, ce qui était déjà un prix tout à fait honorable. Mais il a vraiment commencé à faire parler de lui lors de son premier pic de juin 2017, où il a atteint plus de 400 USD, soit une augmentation de plus de 5 000 % depuis le début de l’année. Ce pic a coïncidé avec la création de l’EEA, qui a donné sa légitimité à l’ETH.

Le prix de l’Ethereum a ensuite connu ses plus beaux moments, en grimpant sans s’arrêter jusqu’au début de l’année 2018, où il a atteint son record à plus de 1 385 USD le 15 janvier. La correction des cours l’a ensuite vu suivre les traces du Bitcoin, mais avec de belles reprises : il atteignait 980 USD à la mi-février 2018, et passait à nouveau la barre des 800 USD début mai, grâce à des annonces optimistes du cofondateur de Reddit, Alexis Ohanian.

L’altcoin a chuté en fin d’année 2018 jusqu’à janvier 2019, il a ensuite opéré une amorce de remontée au début du mois de février. Selon les experts, le contexte morose et la baisse de l’Ethereum devraient s’arrêter en ce début d’année, le prix devrait donc à nouveau atteindre un meilleur taux.

Miner de l’ETH : possible ou pas ?

Miner des crypto-monnaies n’est pas toujours possible. Heureusement, il est tout à fait possible de faire du mining d’Ethereum. Miner de l’Ethereum se fait d’une manière similaire au Litecoin (LTC). C’est-à-dire qu’il reste possible de miner des pièces d’ETH grâce à sa carte graphique, sans avoir à investir dans de coûteux mineurs ASIC. Il est également possible de rejoindre un mining pool Ethereum, qui permet de mettre en commun les ressources de plusieurs ordinateurs. Attention, ce procédé pourrait quand même faire grimper considérablement votre facture d’électricité.

Quel portefeuille pour Ethereum ETH ?

La plupart des grands portefeuilles cryptos prennent en compte l’Ethereum. Vous pourrez utiliser le Ledger Nano S, mais aussi le wallet eToro avec Ethereum (lisez notre avis sur le wallet eToro). Le portefeuille officiel d’Ethereum s’appelle Ethereum Mist Wallet. Il est téléchargeable sur leur site officiel, mais il s’agit d’un wallet Ethereum exclusif, qui reste parfois compliqué à utiliser. Beaucoup d’utilisateurs privilégient donc MyEtherWallet, mais il ne vous permettra pas non plus de stocker d’autres cryptodevises.

Pour plus d’infos, consultez notre page : portefeuilles pour ETH.

Ethereum VS Bitcoin, qui gagne ?

Le match Bitcoin VS Ethereum rassemble les deux grands champions des cryptodevises. Pourtant, Ethereum et Bitcoin n’ont pas beaucoup de ressemblances, mis à part leur utilisation de la blockchain. Le BTC a pour lui son ancienneté, mais il a de grandes limitations, notamment en termes de scalabilité et de vitesse. Et surtout, il s’agit « uniquement » d’une cryptodevise, alors que l’ETH propose un vrai écosystème, avec des processus d’applications Ethereum novateurs. Nous dirons donc que l’Ethereum est la cryptodevise de l’avenir, et que son apogée est encore à venir. Mais le Bitcoin est tellement bien implanté qu’on a du mal à le voir un jour détrôné…

Dernières actus de la crypto Ethereum

Vous voulez tout savoir sur les dernières news de l’Ethereum ? En plus de notre page dédiée, vous pouvez vous inscrire à la newsletter des altcoins pour obtenir les dernières alertes et l’actualité de l’Ethereum. Vous recevrez aussi notre guide Bitcoin exclusif, qui vous en apprendra plus sur le monde des investissements en crypto-monnaies.

Questions fréquemment posées sur l’Ethereum

Y a-t-il eu une ICO lors de la création d’Ethereum ?

Il y a bien eu un financement participatif lors de la création de l’ETH. Mais on ne parle pas d’ICO Ethereum, car le concept est relativement nouveau.

L’évolution d’Ethereum aura-t-elle lieu bientôt ?

On le sait depuis quelque temps, l’Ethereum compte passer de la preuve de travail (Proof of Work) à la preuve d’enjeu (Proof of Stake) via le protocole Casper. Pas de date précise, mais on sait que ça aura lieu en 2019.

Y a-t-il une limite au minage d’ETC ?

Pour l’instant, le stock total d’Ethers qui peut être miné est infini. Mais Vitalik Buterin a proposé de limiter ce stock en avril 2018, cela pourrait donc changer.

Cours de l’Ether : quelles prévisions pour l’Ethereum ?

Les experts sont plutôt prudents sur le futur de l’Ethereum, à cause de la chute des cours de 2018. Pour autant, ils tendent à s’accorder sur le fait que 2019 marquera la fin de cette période de repli : la société d’analyse Weiss Ratings prévoit même une hausse de 8 000 % de son cours !

Existe-t-il des faucets Ethereum ?

Oui, mais on a tendance à ne pas les conseiller : les gains sont extrêmement peu élevés, ce n’est donc pas une une vraie stratégie d’investissement.

 

 

Featured image source:  Taner Sumer/Shutterstock.com

Ethereum (ETH) : le plus grand des altcoins
5 (1 vote)

Ajoutez un commentaire

Investir est spéculatif. Lorsque vous investissez votre capital est à risque. Ce site n’est pas destiné à être utilisé dans les juridictions dans lesquelles les opérations ou les investissements décrits sont interdits et ne devraient être utilisés que par des personnes et selon les méthodes légalement autorisées. Votre investissement peut ne pas bénéficier de la protection des investisseurs dans votre pays ou dans votre pays de résidence. Veuillez effectuer votre propre vérification préalable. Ce site Web est gratuit pour vous, mais nous pouvons recevoir des commissions des sociétés que nous présentons sur ce site. Cliquez ici pour plus d’informations.