Libra

L'espace cryptomonnaie a connu des avancées technologiques massives depuis que Bitcoin a été pionnière en 2009, son utilisation dans les paiements étant la plus innovante. La tendance se poursuit avec Libra, de Facebook, une cryptomonnaie que le géant des médias sociaux a prévu de lancer dans la première moitié de 2020. Libra est conçue pour servir de moyen d'échange pour les transferts d'argent et les paiements transfrontaliers. La monnaie numérique est construite sur Libra Blockchain, une plate-forme blockchain open source et privée. Une fois lancée, le public pourra accéder à Libra et l'utiliser pour effectuer des transactions partout dans le monde.

Comment fonctionne Libra ?

Le Libra Network utilise l'algorithme de consensus BFT (Byzantine Fault Tolerance) et est construit en utilisant "Move", un nouveau langage de programmation qui offre la possibilité de contrats intelligents. Plus précisément, Libra est une " cryptomonnaie stable " dans le même genre que des pièces similaires adossées à des actifs comme Tether (USDT), qui sont moins volatiles que Bitcoin et autres cryptomonnaies. Cependant, Libra ne sera pas une cryptomonnaie stable typique soutenue à 1 : 1 et rattachée à une devise unique. La valeur intrinsèque de la pièce n'est pas liée à des actifs comme l'or ou une monnaie fiduciaire spécifique comme l'USD, l'EUR ou la GBP, mais est garantie par des réserves de plusieurs actifs différents qui comprennent des dépôts bancaires et des titres publics. Pour chaque token Libra en circulation, un nombre équivalent de titres publics et de dépôts bancaires sera détenu par la Libra Reserve.

Qui a créé Libra ?

Les détails sur Libra de Facebook ont fait surface pour la première fois en 2018, après que le géant des médias sociaux a commencé à mettre sur pied une équipe de cryptomonnaie dirigée par David Marcus, qui était à un moment donné le responsable de Messenger sur Facebook. Marcus a travaillé avec Morgan Beller et Kevin Weil pour développer la cryptomonnaie. En juin 2019, Facebook a annoncé Libra et l'a faite enregistrée en Suisse, un pays où la cryptomonnaie est la bienvenue. Le projet Libra est chapeauté par la Libra Association qui comptait au départ 28 membres issus des secteurs des paiements, télécommunications, blockchain, technologie et fonds de capital-risque. Parmi les membres importants de Libra Association figurent Visa, PayPal, Uber, Coinbase, Andreessen Horowitz, et eBay.

Quels sont les avantages et les inconvénients de Libra ?

Les avantages de Libra sont principalement liés à son énorme potentiel en termes de son adoption mondiale, avec une exposition à plus de 2,5 milliards de personnes la rendant accessible à près d'un tiers de la population mondiale. Libra est également soutenue par plusieurs sociétés réputées, ce qui aidera à renforcer l'acceptation de la cryptomonnaie parmi les utilisateurs à travers le monde. Libra promet également d'offrir au public une passerelle beaucoup plus simple pour convertir la monnaie fiduciaire en crypto et elle est moins volatile que Bitcoin et d'autres cryptomonnaies. Quels sont les inconvénients de Libra ? Premièrement, Libra n'est pas décentralisée dans le vrai sens du terme, car sa blockchain est privée. Le Libra Network sera également régi par des entités tierces, ce qui soulève la question du risque des intermédiaires, un fait exacerbé par les nombreux problèmes de protection de la vie privée auxquels Facebook est confronté. Facebook n'a pas encore officiellement lancé Libra, un projet dont les retombées pourraient être affectées par les audiences et les préoccupations réglementaires en cours. Cependant, à première vue, Libra est un excellent projet qui pourrait stimuler l'adoption mondiale de la cryptomonnaie.

L'avenir de Libra

D’une manière générale, la crypto est là pour rester, étant donné les progrès colossaux réalisés dans le développement de Bitcoin et autres actifs numériques. Pour Libra, l'avenir dépend beaucoup de l'obtention des approbations réglementaires qui lui donneront l'impulsion nécessaire pour son lancement prévu en 2020. Durant une récente audience du Comité de la Chambre des représentants des États-Unis sur Libra, on a pu avoir un aperçu de l'environnement réglementaire difficile dans lequel elle se retrouve. À l'époque, Facebook a dû expliquer pourquoi Libra ne devrait pas être déclarée en tant que token de sécurité par les régulateurs. Ce sont ces préoccupations qui pourraient en entraver l'utilisation. Cependant, dans l'ensemble, Libra a le potentiel de rendre le transfert d'argent plus instantané, mais le programme doit se préoccuper de la sécurité et s'assurer que les exigences du KYC n'excluent pas la population mondiale non bancarisée. Actuellement, Libra Association compte 28 membres, et Facebook veut que ce nombre soit porté à 100. Ceci devrait stimuler le projet, mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour faire de Libra une cryptomonnaie plus décentralisée.